29 novembre 2011

Le traitement numérique des images (cnrs)


Avis à tous les photographes-amatheurs !
 Voici un super article du site Image des maths du cnrs (qui n'aura jamais aussi bien porté son nom) à propos du traitement numérique de l'image. Pixels, niveaux de gris, stockage, résolution, contraste, "bruit", tout y passe !


Gabriel Peyré, « Le traitement numérique des images »Images des Mathématiques, CNRS, 2011

22 novembre 2011

21 novembre 2011

Pub RTL : Les chiffrent parlent d'eux-mêmes

Voici l'excellente pub d'RTL dégotée par Marin dans son journal du matin :

Et un zoom sur le slogan :

Merci Marin !

Un mathématicien italien défie Google


Massimo Marchiori, un mathématicien italien qui a contribué au développement de l'algorithme de recherche de Google, se prépare à lancer son propre moteur de recherche avant la fin de l'année.
Professeur agrégé à l'Université de Padoue, le mathématicien, Massimo Marchiori a récemment commencé à parler de son projet de moteur de recherche, postant des vidéos sur son site de promotion volunia.com. Dans l'une d'elle, où on le voit assis sur un banc public et écrivant sur un tableau blanc, il explique : « Ce moteur ne sera pas un Google bis, plus évolué. Il apporte une perspective radicalement différente, une autre vision de ce qu'un moteur de recherche pourrait être... » Le site permet aux visiteurs de s'inscrire pour devenir un « power user » privilégié et faire partie du panel de testeurs de la version bêta du moteur, prévu pour être lancé en 12 langues.


Jeudi dernier, dans une interview publiée dans l'édition en ligne du Corriere della Sera, Massimo Marchiori a refusé de rentrer dans les détails et dire ce qui distingue Volunia de ses concurrents. « Vraiment désolé, mais je ne peux vous en dire plus pour l'instant... Le fait est qu'une entreprise comme Google, pour donner un exemple, n'aurait aucune difficulté à faire plancher 100 ingénieurs jour et nuit sur notre idée et à nous coiffer sur le poteau, » a déclaré le mathématicien. « Si je ne croyais pas à la grande valeur du projet, si je ne pensais pas qu'il peut rivaliser avec les géants de la recherche en ligne, je ne me serais jamais impliqué, » a-t-il ajouté. Massimo Marchiori a juste indiqué que l'idée de base était simple mais très différente de l'approche actuelle des principaux moteurs de recherche. « Google utilise un club de golf. Nous, nous allons travailler avec un fleuret. La différence de notre moteur de recherche, ce sont les résultats qu'il va nous permettre de faire émerger. Parce que Volunia sera vraiment utile aux gens. »

Des soutiens financiers et technologiques

Massimo Marchiori est membre du conseil d'administration du World Wide Web Consortium (W3C) de Tim Berners Lee et a travaillé sur la Platform for Privacy Preferences (P3P) et sur le Web Ontology Language (OWL). Son algorithme Hyper Search avait été présenté en Californie en 1996 lors d'une conférence à laquelle assistait un jeune homme de 23 ans, Larry Page. L'algorithme a ensuite servi à mettre au point le système de classement des pages de Google. Les locaux du projet seront situés à Padoue, dans le nord-est de l'Italie. Y participent beaucoup de développeurs de logiciels et anciens étudiants de Massimo Marchiori. Le projet est financé par Mariano Pireddu, un entrepreneur sarde, qui prospère depuis 20 ans dans le secteur informatique et les télécommunications. « Les partenaires sont moi-même et Massimo, et tous les chercheurs qui ont collaboré au projet, » a déclaré l'entrepreneur dans un entretien téléphonique. « Nous ne rêvons pas de créer un meilleur moteur de recherche que Google. Mais nous croyons que nous pouvons créer un moteur différent de Google. » Mariano Pireddu est propriétaire de Malloru, un cabinet de consulting  pour les entreprises basé dans la ville d'Oristano, à l'ouest de la Sardaigne. Il était autrefois président de l'entreprise de télécommunications slovène Voljatel et avait des intérêts chez Mindware Studios, un éditeur de logiciels basé à Prague.

Les serveurs de Volunia seront installés en Sardaigne et fournis par Tiscali, « mais Renato Soru, le fondateur de Tiscali, ne fait pas parti des investisseurs, » a précisé Mariano Pireddu. « Nous avons suffisamment de fonds pour financer les premières étapes du projet. Il est encore prématuré de parler de l'entrée possible de nouveaux actionnaires, » a-t-il ajouté. « Le marché va nous dire de façon démocratique si notre idée était bonne. Si les utilisateurs aiment notre moteur, c'est que nous aurons fait du bon travail. Sinon, nous améliorerons le produit, » a encore déclaré l'entrepreneur.

Dans son interview avec le Corriere della Sera, Massino Marchiori a déclaré que les fondateurs de Google, Larry Page et Sergey Brin, ont toujours reconnu sa contribution à la formule mathématique du moteur de recherche et qu'il n'avait aucun regret de ne pas avoir participé à leur étonnante aventure. « L'idée d'une vendetta ne m'est jamais venue à l'esprit, » a-t-il déclaré au journal italien.  « La vérité, c'est que notre projet est une belle idée, et que ce serait dommage de ne pas la réaliser. Et il semble aujourd'hui que ce soit le bon moment pour le faire. »


17 novembre 2011

"Citation célèbre" en salle des profs

Pause café à la récré, le collègue d'histoire-géo débarque tout enthousiaste :
- "Bon, ce matin en 3ème j'ai construit le mur de Berlin ! Demain, au lycée, je vais frôler la 3ème Guerre Mondiale".
- "Pas mal, moi j'ai inventé le concept de nombre en 1°L !"

C'est la crise économique...

L'autre jour, j'ai donné à mes élèves un exo d'algorithmique dont le but était de modéliser l'évolution d'une somme de 1000 euros placée à 5% par an.

Nombreux sont les élèvent qui écrivent "chaque année, la somme est multipliée par 5% (c'est-à-dire par 0,05)".
Je ne connais pas le banquier de mes élèves, mais je serais eux, je me méfierais de lui...


(PS : Dis, Boulicotte, pourquoi dois-je me méfier ?)

9 novembre 2011

Demain, le 11/11/11 !


Par Michael MATHES - WASHINGTON (source)
Les numérologues sont dans tous leurs états à l'approche du vendredi 11 novembre 2011, 49 minutes avant midi : il sera alors 11H11, le 11/11/11, un alignement rare de ce nombre qui, pour les adeptes des sciences occultes, pourrait signaler la survenue d'événements hors du commun.
   Alors que, pour la plupart des gens, cette concordance chiffrée de la pendule et du calendrier, qui se produit une fois par siècle, passera totalement inaperçue, les numérologues et autres ésotéristes y chercheront tout un ensemble de signes.
   Certains évoquent le début d'un renouveau humaniste, d'une nouvelle harmonie dans le monde voire même de l'ouverture d'une porte dans une nouvelle dimension ou encore "un bouleversement de la conscience".
   Des milliers d'adeptes prévoient de se retrouver ce jour-là pour des cérémonies ou des danses. Plusieurs pages consacrées à cette date ont fait leur apparition sur Facebook.
   L'organisation espagnole pour les aveugles Once organisera une loterie spéciale dotée d'un prix de onze millions d'euro.
   Les médiums et grands prêtres du paranormal les plus connus saluent tous l'importance selon eux de "la synchronicité" du 11/11/11, comme l'Israélien Uri Geller, l'Américaine Solara, "experte en numérologie" et auteur d'un livre sur la signification du nombre onze, ou encore les fans de "Spinal Tap".
   Il s'agit d'un film de 1984, décrivant un groupe de hard rock, basé sur des faits réels ou imaginaires et dans lequel le nombre onze revêt une signification toute particulière.
   "Avoir un triple nombre clé sur le calendrier a certainement une grande signification", a dit Solara, interrogée par l'AFP. "Je vois un grand changement dans la conscience de la planète et cela coïncide avec cette date", a ajouté ce médium.
   Solara, qui vit au Pérou, garde le secret sur ses projets pour le 11/11/11, révélant seulement que des groupes dans plus de cinquante pays marqueront cet événement en s'asseyant en silence pour méditer.
   Les numérologues attribuent au nombre onze des pouvoirs paranormaux qui offrent un canal de communication avec le subconscient. Pour d'autres, comme Solara, onze représente la dualité du bien et du mal dans l'humanité.
   Internet est aussi rempli de blogueurs qui insistent sur le caractère mystique de ce nombre régulièrement lié à des catastrophes, selon eux, comme les attaques du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.
   Certains insistent aussi sur le fait que les deux tours du World Trade Center à New York rappelaient par leur forme le chiffre onze. De plus, le premier avion de passagers à s'écraser sur les tours était le vol numéro 11.
   D'autres citent la prophétie de Saint Malachie, qui au XIe siècle prédisait qu'il y aurait 112 papes avant une apocalypse biblique. Benoît XVI est le 111e pontife.
   La date du 11 est historiquement chargée. L'armistice de la 1ère Guerre Mondiale a été signé à 11H00 du matin le 11 novembre 1918.
   "Il y a une synchronicité intéressante dans le fait qu'un grand nombre d'événements sont associés au nombre 11", observe Ellie Crystal, blogueuse qui se présente comme une "exploratrice du monde métaphysique".
   Pour John Hoopes, professeur de pensée critique à l'Université du Kansas, toutes ces théories pseudo-scientifiques sont un parfait exemple du "biais de confirmation d'hypothèse". Il s'agit de la tendance à privilégier des informations qui confirment des idées préconçues sans tenir compte de celles qui les démentent, explique-t-il.


L'organisation espagnole pour les aveugles Once
organise une loterie spéciale dotée d'un prix 
de onze millions d'euro.
AFP/Dominique Faget

Merci à Franchi pour cette info !

6 novembre 2011

Un autre savoir inutile, par Lopouic

Message reçu de la part d'un fan kosovar de ce blog :
Comment prouver l'affirmation "Il existe exactement 6 670 903 752 021 072 936 960 grilles de sudoku différentes."(*) ?
J'en suis incapable mais il y aura bien un Kamaradclimber ou une Alondra qui voudra s'y frotter.

(*) Source savoir-inutile.com